Accueil > Réalisations > Le Sentier Nature et Patrimoine > Histoire du Fort Saint vincent

Histoire du Fort Saint vincent

PNG - 5.9 ko Read in english


JPEG - 272.3 ko

Pendant plus de trois cents ans, de 1388 à 1713, Saint-Vincent a été en toute première ligne de notre frontière alpine. Sa situation dominante permettait de surveiller les grands chemins descendant la vallée de l’Ubaye vers Gap et Embrun, et de contrôler les chemins vers Seyne et Digne par les « tourniquets ».

Saint-Vincent fut brûlé en 1690 par les hommes du duc de Savoie. Après une seconde invasion savoyarde en 1692, durant laquelle Embrun et Gap furent envahies, Louis XIV envoya Vauban inspecter les frontières alpines. L’ordre fut alors donné de construire le fort St Vincent.

En 1713, suite à la modification des frontières par le Traité d’Utrecht, le fort s’est retrouvé à 60 km en retrait des postes avancés et a perdu sa raison d’être. A partir de 1875, dans le cadre de la refonte générale des frontières, Séré de Rivières décida de renforcer la seconde ligne de défense de la vallée. Des travaux furent réalisés en 1880 : le pont-levis fut détruit et remplacé par un tunnel creusé dans la roche (entrée actuelle), les bâtiments furent reprofilés, casematés et protégés par des massifs de terre pour parer à l’évolution de l’artillerie. C’est à la même période que les autres forts furent construits.

Le Fort St Vincent (ou Fort Joubert), n’a jamais été attaqué, sa garnison se composait pour l’essentiel d’invalides, pas toujours heureux d’être là…

HISTORY OF FORT SAINT VINCENT

For more than three hundred years, from 1388 to 1713, Saint Vincent was right on the front line of the alpine border. Its dominant situation allowed surveillance of the main routes leading down the Ubaye Valley to Gap and Embrun, and control of the routes towards Seyne and and Digne using the "tourniquet" system.
Saint Vincent was burnt down in 1690 by the Duke of Savoy’s troops. A second invasion by Savoy followed in 1692, at which time Embrun and Gap were invaded. Louis XIV then sent Vauban to inspect the alpine borders, resulting in the order being given to build Fort St Vincent.

In 1713, as a result of border modifications following the Treaty of Utrecht, the fort found itself 60 km back from the front line, and lost its important role. Starting from 1875, in the context of a general revision of borders, Séré de Rivières decided to strengthen the valley’s second line of defence. Work on the fort was carried out in 1880 : the drawbridge was destroyed and replaced by a tunnel dug into the rock (current entrance), the buildings were reshaped, casemated and protected by earthworks in response to the evolution of artillery weapons. During this same period the other surrounding forts were constructed.

Fort St Vincent (or Fort Joubert) was never attacked and its garrison was mainly composed of disabled soldiers, not always happy to be there…